BOISSONS LOCALES

Ouzo, raki, tsipouro, mastic: les apéritifs méditerranéens absolus

Leur goût est unique. Leur caractère spécial fait ressortir la Grèce et des expériences d'été. Ouzo, raki, ouzo et mastic: Parmi les produits grecs exquis, trois esprits célèbres et une liqueur s’impatientent de vous dévoiler leurs secrets.

L'ouzo grec
L’ouzo est considéré comme la boisson “nationale” de la Grèce puisque sa production a lieu traditionnellement et exclusivement en Grèce. L’apéritif grec, méditerranéen dans l’absolu, est la boisson typique qui accompagne et qui est accompagné d’un mézès grec de poisson. Les traces de l’histoire de l’ouzo se perdent dans les siècles. Quelques-uns disent que ses racines se trouvent dans la Grèce antique alors que d’autres soutiennent qu’il s’agit d’un produit des temps modernes. Les lieux renommés pour leur production d’ouzo sont l’île de Lesvos et la région de Tirnavos.

On le boit pour ouvrir l’appétit et va de pair avec les succulents produits de mer, proposés par une taverne au bord de l’eau. En tant que pur produit grec, le plaisir de l’ouzo est directement lié au rituel que suit la manière dont on le sert et on le consomme: Il est servi idéalement frais, avec ou sans glace.

Cependant, certains y rajoutent de l’eau qui dégage l’anethol, ce qui transforme la couleur de l’ouzo qui devient désormais blanc, en lui donnant en outre un arôme plus prononcé. Demandez idéalement un ouzo bien frais et rajoutez de l’eau ou de la glace. Accompagnez-le de poulpe grillé cuit au soleil, un bon ladotiri de Zante ou de Mytilène, de la kopanisti de Mykonos ou de Tinos, des anchois marinés et des pickles.

Le raki traditionnel et le tsipouro exquis
Deux distillations célèbres locales, le raki et le tsipouro, qui sont souvent confondus, se trouvent sur les grandes tablées regroupant des amis dans les tavernes et les cafés traditionnels dans toute la Grèce. Ils sont produits au début de l’automne, dès la mi septembre et en octobre, et des fêtes familiales sont organisées en leur honneur, autour des alambics. Le tsipouro est un produit traditionnel de la Grèce continentale tandis que le raki provient de Crète. Ils sont préparés à base de raisin, qui n’est pas destiné à la vinification mais qui peut produire des distillats de qualité.

Ce qu’il faut savoir, avant d’en demander, c’est que leur différence principale réside dans leurs degrés d’alcool et l’ajout d’anis vert, qui participe souvent à la production du tsipouro mais qui est inconcevable dans le raki. Vous devez sans faute savourer du tsipouro à l’anis vert à Volos, dans les tsipouradika (bars à tsipouro) traditionnels, en accompagnement de mézès succulents réalisés avec des produits traditionnels de la région et de la Thessalie en général. Buvez-le frais, nature, avec ou sans glaçons.

Le raki, distillat réservé aux bons buveurs, appartient aux boissons qui se trouvent au régime quotidien des crétois indépendamment de leur âge et se boit frais, à température ambiante et cul sec. Accompagnez-le avec des produits traditionnels de la Crète: la gravièra, du apaki au vinaigre (charcuterie traditionnelle), des feuilles de vigne, de la viande grillée ou tout autre plat qui rejoindra la table, même avec des gâteaux traditionnels, les xerotigana, les kaltsounia au fromage ou les pitès de Sfakia au miel.

Le mastic de Chios: traditionnel et unique mondialement
Si la Grèce devait choisir une seule boisson dont elle devrait être fière, ce serait indéniablement le mastic. Un arbre qui refuse fermement depuis des siècles d’émigrer et de prospérer ailleurs, qui ne pousse nulle part ailleurs que sur l’île de Chios. Il s’agit d’un produit traditionnel unique en soi, sculpté par le microclimat exceptionnel de cette île de la mer Égée.

Visitez les villages masticochoria autour des plaines remplies d’agrumes et vous découvrirez qui est roi, c’est bien le mastic. Un arbre difficile, qui produit son fruit avec labeur. La récolte a lieu en été et le mode de récolte, la façon dont les producteurs récupèrent le mastic, est entièrement naturel. Aucune machine n’intervient, tout se fait à la main. L’écorce de l’arbre est déchirée et c'est à ce moment que commence l’attente. Le récolteur attend patiemment les larmes de l’arbre, pour les récolter une à une, ces larmes qui parfument le sol.

On ne peut pas prévoir quelle sera la récolte, pour cela, il faudra attendre que les larmes soient séchées. Au début elles deviennent plus condensées pour se durcir par la suite, tel l’ambre qui a perdu de sa couleur. Mâchez-la, c’est bon pour la santé. De ses extraits, plusieurs huiles essentielles sont produites ainsi que du savon et des produits cosmétiques, des pâtisseries, des loukoums, des boissons chaudes, des pâtes à mâcher (chewing-gum), une boisson digestive exceptionnelle et bien d’autres produits. Conservez son arôme, respirez-le à fond car ce n’est qu’ici que vous en aurez l’opportunité. 

Meilleure façon de boire ouzo grec

DESTINATIONS GASTRONOMIQUES

PLUS D'HISTOIRES EN PROVENANCE DE GRÈCE